Avertir le modérateur

20/10/2007

Laporte aux Malouines!

Franchement : un type qui perd à la maison en demi finale contre les Anglais… Puis en petite finale,  pour la 6ème  fois en 7 match contre l’Argentine.. . Une seule issue, un seul poste, une seule distinction, la médaille des médailles : ambassadeur de France aux Iles Malouines.


medium_medium_bhamon.3.jpg

09/10/2007

Le secret d'une défense propre

Il nous faut bien évidemment revenir sur la prestation de Wayne Barnes lors du match France - Nouvelle-Zélande. Et de ce fameux en-avant. Qu'il ne l'ait pas vu est regrettable. Mais pour le voir, il faut être sur la ligne de la passe, ce qui, vu la rapidité du contre français, est quasi-impossible. Ce n'est plus une question de qualité ou de compétence, mais de la chance. Ce type d'oubli est aussi une conséquence de l'évolution du jeu. On voit de plus en plus de «passes à hauteur» de ce type, où les joueurs sont très proches et la transmission se fait presque de la main à la main. Des passes très difficiles à percevoir...

Le carton jaune reçu par McAlister me semble justifié. Si  Ce qui influence pas mal cette décision, c'est le fait que l'agression ait lieu alors que la France disposait d'un avantage en cours. Cette obstruction intervient dix secondes après un maul effondré à 5m de la ligne. En revanche, on ne peut pas siffler essai de pénalité, car on ne peut être sûr qu'il y ait essai sans cette faute.

27% de possession de balle, 197 plaquages et 2 fautes seulement, aucune en deuxième mi-temps. La statistique  est étonnante, mais elle est à mon sens le reflet d'une discipline sans faille de la France en défense. Mais surtout d'une intelligence et d'une écoute impeccable. Je m'explique: on a beaucoup entendu M. Barnes crier «Ne mettez pas les mains» dans les regroupements. Et l'on n'a quasiment pas vu les Français contester la libération du ballon au sol, préférant s'appliquer à tresser un rideau défensif le plus fourni possible en joueurs à chaque sorties de ruck. A mon sens, c'est le secret de la défense propre des Bleus.

Le fait que Wayne Barnes n'arbitre plus de match jusqu'à la fin du mondial n'est pas une sanction. Je ne pense pas que l'en-avant non-sifflé soir déterminant dans cette décision, même s'il a forcément un peu joué. Disons aussi que sa jeunesse a aussi compté, par rapport à l'expérience béton d'un Alain Rolland [l'Irlandais qui arbitrera la finale]. Il aura le temps d'en arbitrer d'autres, des demies et des finales de Coupe du monde. Franchement, il a déjà le niveau pour cela.

 
medium_medium_jdume.5.3.jpg

28/09/2007

«A un moment, il faut faire des choix»

Décidément, je ne comprends pas la logique de Laporte. Pourquoi préparer un probable quart de finale contre les Blacks, à Cardiff, en accordant une grande part à l'individualisme? Je m'explique: pour convaincre les sélectionneurs de les titulariser en quarts, les joueurs alignés face à la Géorgie vont soit se mettre la pression, soit jouer leur carte personnelle. Face à un adversaire assez faible, la France devrait largement l'emporter. Mais sur le plan collectif, on n'en saura pas plus dimanche soir. On est arrivé à un stade dans la compétition où l'équipe doit emmagasiner de la confiance. Au lieu de cela, on redistribue une nouvelle fois les cartes.

Jouer à Marseille, cela revêt un enjeu sportif et politique. C'est l'occasion de remercier tout le public du Sud-Est pour le soutien qu'il apporte aux Bleus lorsqu'ils jouent au Vélodrome et pour avoir accueilli les Blacks depuis le début de ce Mondial. Qui fait rêver les gamins? Michalak et Chabal. Pour sensibiliser les mômes et les pousser à s'inscrire au rugby, il aurait été judicieux de mettre ces deux joueurs au moins dans le groupe des vingt-deux.

L'exemple du poste de demi d'ouverture est très significatif du flou qui règne autour des compositions du XV de France. Après David Skrela et Frédéric Michalak, c'est Lionel Beauxis qui jouera dimanche. Je suis à moitié ravi par cette nouvelle, car j'aurais préféré qu'il évolue avec Frédéric Michalak en n°9 plutôt que Pierre Mignoni. Bref... Cette semaine, Jo Maso a dit de Beauxis qu'il était le meilleur ouvreur de France. Dans ce cas, pourquoi ne pas l'avoir aligné dès le match face à l'Argentine, pour qu'il engrange de la confiance et de l'expérience?

«Gagner la Coupe du monde à trente», c'est un discours purement diplômatique, pour faire plaisir à tout le monde, pour ne pas faire de vagues. Bernard Laporte a passé toute cette phase de poules à faire des matchs de préparation. Mais à un moment, comme dans tout club, il faut faire des choix. J'ai toujours dit que les quinze joueurs alignés face à l'Irlande constitueraient en grande majorité l'équipe-type. Et là, on repart de zéro. Imaginons que dimanche, la France marque 100 points avec trois essais de chaque trois-quart: je suis prêt à parier qu'ils seront titulaires en quarts sous prétexte qu'ils ont brillé face à une formation modeste. C'est complétement illogique.

medium_clamaison.12.jpg

 

20/09/2007

«Il n'y a pas de logique»

Face à l'Irlande, ce sera un match couperet. Pour cela, Bernard Laporte a choisi ce qu'il considère être la meilleure équipe possible. Il faut pousser ce XV de France le plus fort possible.On est toutefois en droit de se poser des questions, voire de contester cette composition. C'est aussi ça notre rôle de supporter. J'ai l'impression que la blessure de Fabien Pelous arrange bien les affaires du sélectionneur. Cela permet de mettre Lionel Nallet dans les vingt-deux, même si on a du mal à comprendre pourquoi il n'est pas titulaire. Thierry Dusautoir est aligné d'entrée alors qu'au départ, il ne figurait même pas dans la liste des trente. Et on remet une ligne des trois-quarts qui a été bonne contre une équipe namibienne facile à manoeuvrer. Je ne pense pas qu'on puisse tirer de conclusions après la victoire de dimanche. Aujourd'hui, on met donc la Namibie sur le même piédestal que l'Irlande, une nation majeure du rugby.

En huit années sous l'ère Laporte, il n'y a pas de logique. On prend les matchs après les autres. Ce critère de la forme du moment doit être utilisé, mais à dose homéopathique. Du coup, on écarte des gens comme Jauzion et Rougerie. Ils ont pourtant fait leurs preuves. Dans une rencontre comme celle de vendredi, leur expérience aurait été d'une grande utilité. L'idéal aurait été de constituer une équipe de France en panachant les joueurs d'expérience et ceux qui se sont montrés performants face à la Namibie. Pas de tout baser sur un seul succès. Prenez l'exemple de Frédéric Michalak. Dimanche, il a mutliplié les relances à la main depuis son camp. Contre l'Irlande, je ne suis pas sûr qu'il pourra reproduire cela. Il devra davantage occupé le terrain par une bonne gestion au pied. Et ce n'est pas son point fort. Du coup, on a mis Traille comme premier centre pour pallier ses carences au pied. Alors qu'une charnière Michalak-Beauxis aurait fait des étincelles.

Ce qui m'ennuie, c'est qu'on ne cherche toujours pas à construire une véritable équipe-type. Simplement à contourner des manques en mettant untel à telle place. Mais on n'a plus le temps de mettre en place plusieurs stratégies. Et ce n'est certainement pas l'Irlande qui nous en laissera l'opportunité. Ce XV du Trèfle m'inquiète un peu. Je m'étonne que l'entraîneur ait écarté Stringer (le demi de mêlée) pour une rencontre si importante. Mais à l'image de la France après sa défaite contre l'Argentine, c'est une bête blessée. Les Irlandais peuvent prendre l'eau, comme ils peuvent se réveiller à tout moment. Et puis ils savent comment nous battre après notre défaite face à l'Argentine. D'autant plus qu'ils possèdent des joueurs aux mêmes caractéristiques que les Pumas.

medium_clamaison.10.jpg

17/09/2007

Le XV de la rénovation

Petit inventaire des sujets brûlants avant France/Irlande. D’abord les points durs, la charnière et la seconde ligne. En charnière, il n’y a selon moi plus débat. Même si l’opposition n’est évidement pas la même entre l’Argentine et la Namibie, je suis un partisan sans réserve du tandem toulousain à la houlette du jeu français.  Rapide, créative et parfois même imprévisible, la charnière Elissalde/Michalak s’impose à mes yeux, comme une évidence. En seconde ligne, j’affirme que le débat ne concerne qu’un poste: qui à côté de Nallet? Et là je penche pour Thion et les garanties qu’il offre en touche comme au combat. Et Chabal me direz-vous? Je le remettrai en troisième ligne sans hésiter. Il faudra broyer les irlandais devant. On en a les moyens, utilisons les.

Ensuite les aménagements.En troisième ligne, c’est Dusautoir et Betsen que je collerai autour de Chabal. Je ne crois pas que ce soit nécessaire de dire pourquoi. Devant, au talon, je prendrai Szarzewski plutôt qu’Ibanez. Il montre une qualité d’engagement et une performance dans tous les secteurs du jeu, qui le rendent légitime à revendiquer la place de numéro 1 au poste de talonneur.

Pour le reste, aux ailes le débat se limite à qui de Clerc ou Heymans aux côtés de Rougerie. Dominici est à mon sens un poil en dessous. Derrière, on revient ou on reste, peu importe, aux choses sérieuses: on garde Poitrenaud. Au centre on joue «sécurité sociale» avec Jauzion/Traille pour faire face à la redoutable paire irlandaise.

Bilan? J’anticipe les cris d’effroi devant le sacrifice de cadres opéré dans une telle équipe. Pelous, Ibanez, Dominici out! Quel outrage. Ils sont tellement obsédés par la rénovation ces socialistes, qu’à peine la trentaine passée, ils vous mettent au placard! Soyons sérieux. «L’expérience» a finalement peu pesé dans la rencontre clé, celle du match d’ouverture. Parions dés lors sur l’enthousiasme et la performance.

A ceux qui pestent déjà contre cette intrusion inadmissible d’un «socialiste» dans le processus de sélection de notre équipe nationale, je vous livre ce commentaire «perfide» qui m’était adressé récemment : «S’il devait y avoir un XV socialiste, ce serait le XV de la Rose. Pas de bol! Celui là s’est révélé impuissant et sans ressources devant l’Afrique du Sud.» Quand c’est noir, c’est noir.


medium_bhamon.3.jpg

 

 

 

NDLR: Il ne s'en vante pas, mais Benoît Hamon a certains mérites de sélectionneur, comme en atteste les archives de son blog 

12/09/2007

Lire le Cid ou Horace plutôt que Guy Môquet

Quand je pense que vendredi dernier on a arrêté les répétitions de «Vestiaires» à 20h30 donc plus tôt pour suivre France –Argentine… et encourager les "petits" comme aurait dit Roger Couderc… Quelle erreur… Et oui les Pumas ont gagné. Logique. Ils avaient envie de jouer au ballon, eux, de s’amuser à faire tourner en bourrique les autres….eux, pas nous…Et puis si c’est vrai que Laporte a lu aux joueurs la lettre du jeune résistant communiste Guy Môquet avant d’entrer sur le terrain…on peut penser que c’est normal… Cette lettre il l’a écrite juste avant d’être exécuté… Laporte aurait été bien inspiré de ne pas suivre l’exemple de son futur patron. Les recettes des "vainqueurs "sont tellement débiles… Et on voudrait nous faire croire que manager une équipe c’est comme entraîner un commando…Faire pleurer les gros en pensant au drapeau…Si c’est ça le rugby moderne, je rigole. Si c’est ça la société moderne, alors là, je ne rigole plus du tout !

Nous, par contre, on a bien commencé notre tournoi hier au théâtre de la Croix rousse à Lyon, le terrain était souple, le public derrière nous. Bref en 80 minutes c’était plié et on avait gagné. Il est vrai que moi, j’avais simplement rappelé à mes acteurs qu’il fallait se faire plaisir. Oublier la tension et les efforts fournis… Jouer, quoi! Pas aller à la guerre. Et puis même si beaucoup de nazis avaient pris la direction de l’Argentine, c’est quand même un peu insultant que de comparer l’équipe des Pumas aux militaires allemands! Voilà où mènent les amalgames simplistes d’une droite qui veut s’afficher sans complexe, mais qui n’affiche que son inculture et finalement sa barbarie (qui en est toujours le corollaire ne l’oublions jamais…): La vie est un combat, seul les vainqueurs ont droit de cité, l’autre est un ennemi potentiel qu’il faut renvoyer chez lui (ou dans ses 22), et en tout cas il faut se préparer à la guerre dans un monde impitoyable….

Faire monter la peur… Recette bien connue en politique… apparemment mal transposée en rugby, même professionnel.  Il est vrai que la peur, même si on fait semblant de l’oublier, induit bien souvent l’immobilisme et la panique…Un peu le jeu de cette drôle d’équipe de France finalement, non? Pour la suite, je suggère à Laporte, qui sans doute manque d’idées en la matière, de leur lire des passages du Cid, ou d’Horace, de Corneille, au moins les gars pourront rêver un peu avant d’entrer dans l’arène… cette obscure clarté qui tombe des étoiles… J’imagine déjà le Pelous essuyer sa larme... Mais je suis sûr qu’il va choisir Déroulède et son petit tambour… contre l’Irlande ça promet une sacrée gigue… Au fait le demi de bière à 7 euros avant les matches… ça ne vous donne pas des envies de flinguer les vainqueurs des tiroirs-caisses…

 

medium_michel.3.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu